CAPRI, C’EST FINI !!!

Unknown

 

 

Quand Teams s’est allumé, nous avons vu combien ô combien étaient bien les pauvres employés en télétravail. Devant leurs livres et au soleil avec la fenêtre ouverte, combien ô combien ils étaient heureux à l’idée de penser revenir dans les locaux où pas une goutte d’air ne filtre.
La dernière fois que j’y suis allée, j’ai cru que toute la wifi me tombait dessus : l’air est surchargé d’ondes et avec leurs casques désormais obligatoires ils s’efforcent de murmurer au téléphone. La lumière verte signifie qu’ils sont en ligne. C’est du plus bel effet !

 

Dixit une des organisatrices du poulailler ils étaient « plutôt contents de revenir ». Revenir à la normale, dit V. La normalité plutôt non ?

 

Nous en TAD nous sommes des anormaux en quelque sorte, nous échappons à la normale.

 

On leur a bien fait comprendre que Capri c’était fini et qu’il ne serait pas de bon ton de vouloir rester à la campagne et de jouer les mirlitons. Que diantre ! la cantine les attend ! Plus de campagne au mois de juin, dixit le surveillant du poulailler « l’avenue de France vous tend les bras » !

 

Les avantages du retour au poulailler ont été détaillés par V. (ce que j’appelle moi les cauchemars de la vie de bureau) : pouvoir échanger avec les collègues, avoir un pack antivirus en arrivant (masque lingettes gel), et enfin pouvoir participer aux initiatives groupe, expression malheureuse s’il en est pour dire qu’il est nécessaire d’y participer et très mal vu de rester dans son coin, et enfin et surtout pouvoir discuter avec le manager.

Ce dernier qui n’a pas peur du ridicule a avoué lui-même que rester chez soi était plus confortable… Mais à ce moment là on se souvient de son grand écran du bureau et on pleure à l’idée de n’avoir pas encore essayé l’alliance masque + casque + respirateur artificiel.

 

J’aime beaucoup la voix de B., très douce, humaine. L’autre a de ces semblants d’aboiement qui inquiètent le salarié sur son siège éjectable. Par exemple quand il dit : « Je reprends la route de l’avenue de France », on sent que le chef scout n’est pas loin et qu’il est de bon ton d’arriver en uniforme travail, pour avoir du galon.

 

On a pu apprendre que dans les librairies les clients achètent des sacs entiers de livres pour meubler les heures corona, et se demander si avant de mourir il ne serait pas judicieux de raconter la vie de bureau depuis son bureau… Mon éditrice m’a  d’ailleurs dit qu’il y avait de nombreuses vocations actuellement ! Moi écrivain ? Oui, écrivain corona. Je pense d’ailleurs qu’il serait judicieux de faire d’ores et déjà un classement spécial des écrivains corona…

Par exemple si on voit un titre comme : «ce virus qui nous tient…» ou «Ce virus m’a tuer » à la façon d’Omar, on peut procéder au classement sans sourciller.

 

Les salariés doivent aussi se tenir « ouverts à la rupture conventionnelle ». Pour ne pas dire qu’on va les jeter…

On leur propose également des actions Vivendi au meilleur prix pour qu’ils puissent retourner un jour à la campagne ou à Capri.

Acheter des actions ou passer à l’action ? C’est exactement l’image de la société française à l’instant t : une société immensément divisée, qui ne se reconnaît plus dans ses dirigeants sauf pour les imbéciles friqués qui achètent des actions.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s