LE GANG STALKING EST COMME UNE LONGUE TRISTESSE

5036410.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Le gang stalking est comme une longue tristesse, qui te prend un beau matin à heure fixe et ne te lâche plus.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, qui ne doit rien à l’individu qui la ressent, qui la subit, mais qui l’enserre tout comme on enserre ensuite avec le harcèlement électromagnétique le crâne des victimes livrées aux petites frappes au chômage de Gladio ou aux sans papiers de la Cointelpro.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, et pour l’infliger on prend forcément des gens sans morale mais qui ne savent même pas ce qu’ils font ou si peu, des imbéciles qui font un stalk comme on va faire un remplacement en intérim sauf que leur lieu de travail c’est le corps et l’esprit d’un autre qui va s’en sentir diminué, qui va se sentir de plus en plus enserré. L’intelligence n’est pas leur fort à ces stalkers.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, comme une accumulation de chemins de croix qui peuvent crucifier dans différents lieux : la maison, le bureau, la cuisine, la salle de bains.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, une toile dans laquelle le ciblé se débat comme une mouche dans les filets de l’araignée.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, mais dans le quotidien des harceleurs c’est un nouveau marché. Et c’est l’économie contre la vie, contre le corps, contre l’esprit.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, et nous subissons en permanence les assauts de cette bande de gueux qui veulent nous prendre qui un rendez-vous, qui de l’argent, qui du sentiment, qui de la joie.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, et le stalké ne doit pas dire à ses agresseurs « Ceci est mon corps », telle une victime, il doit dire :

J’AI ENCORE UN CORPS

Ce soir dans le taxi je me suis mise à rire, et ce rire m’a dégoûtée, car il venait de nulle part enfin il venait de la V2K et cela m’a dégoûtée de moi-même de répondre à un clone. J’ai ri MALGRÉ moi.

Et ce MALGRÉ, je me suis juré que jamais plus jamais il ne prendrait place.

La V2K, on me l’impose, avec ses personnages, ses intrigues, ses têtes déjà-vues (c’est cela qui est bien ignoble dans mon cas), ses bouffons, ses mensonges.

Ce corps, avant le harcèlement, était en bonne santé, m’obéissait.
Ce corps désormais est vérolé par une présence étrangère qui peut à loisir l’abîmer, le contracter, le faire souffrir.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, qui emprunte ton corps comme le cancer et peut se répliquer mille fois avec mille incursions dans le réel.

Le gang stalking est comme une longue tristesse, dont j’espère on sort soudain, comme après une tempête.

2 commentaires sur “LE GANG STALKING EST COMME UNE LONGUE TRISTESSE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s