PORTRAIT D’UN MALADE

Unknown-1
LES TUEURS EN SÉRIE DÉSORMAIS UTILISENT LE HARCÈLEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE ET LE STALKING POUR SE SOULAGER ET TUER À PETIT FEU LEUR VICTIME
Qui ne se souvient de la scène du Silence des agneaux où une pauvre femme victime d’un tueur en série gît dans une fosse ? Le givré lui descend de la nourriture dans un seau au bout d’une corde et la regarde agoniser et mourir d’effroi. Il se met de la musique pour faire monter en lui une sorte d’euphorie malsaine. Il lui parle avec cette voix d’empereur romain sûr de son fait et entre le travelo et la crapule.
La pauvre fille se demande entre deux hurlements de frayeur comment il peut exister de tels êtres (si l’on peut parler d’êtres…) et comment ils peuvent être aussi malades tout en ayant l’air parfois d’êtres ordinaires. Elle attend qu’une armée la délivre, elle attend que la police retrouve enfin la trace de ce tueur. Quand le flic (Jodie Foster) arrive, on respire.
C’est ce que nous, victimes de ces milices fascistes qui se livrent au harcèlement électromagnétique, nous subissons. Nous sommes au fond de la fosse, nous ne faisons que subir ces manipulations craniennes et nous n’avons pas d’autre choix que d’écouter ces malades, qui nous branchent à fond à quatre heures du matin en nous assommant avec leurs gentillesses de malades sexuels. Ces gens ne peuvent qu’être immensément malades pour faire cela, et ceux qui laissent faire le sont aussi.
Ces tueurs du harcèlement électromagnétique ne laissent pas d’ADN, gisent au fond d’appartements où ils se regroupent autour de leur machine et persécutent leur victime. Parmi eux et mille fois hélas il y a beaucoup de femmes.
J’ai vu ce pauvre homme environ sept fois. Ce tueur.
Sa raison de vivre est là : dans ses grimaces, ses grimages, ses mimiques de singe.
Il rentre dans un appartement avec d’autres bêtes de foire (des pervers sexuels pour beaucoup) et se livre à ce lent massacre, au lieu d’aller se constituer prisonnier à la police ou chez un psy, en lui disant qu’il est malade et qu’il a besoin de soins.
Ces gens ne laissent ainsi pas de traces d’aucune sorte, pas d’ADN, pas de sang, de sperme (par contre on entend par la voice to skull tant de choses innommables : du genre « j’aime pisser sur les filles », je te ferai ci et ça), ainsi ces malades se soulagent. On est dans l’ordre de la folie et mille fois hélas ces malades ne se font pas arrêter. Pas encore.
Ce petit tueur en série aurait tout intérêt à emmener sa psychopathe se faire soigner. C’est elle qui m’a délibérément placée dans ce ciblage parce que comme lui elle est extrêmement malade. Ces femmes n’ont pas de vraie vie, pas de désir, pas de morale. Ce sont des malades en liberté.
La V2K permet à ces psychopathes de se lâcher, de persécuter leur proie.
Comme dans Le Silence des agneaux, nous attendons juste que ces malades mentaux se fassent arrêter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s