VIOLENCES POLICIÈRES DANS UN ÉTAT ABSENT

Unknown-4À Dalla, qui m’a parlé de l’événement avant même que j’en aie connaissance

Curieusement, actuellement, la police s’énerve. Sans doute sent-elle que bientôt elle aura tous les DROITS, j’allais dire tous les PASSE-DROITS.

Aurait-on jamais pu imaginer que dans le pays des droits de l’homme on aurait pu assister à une scène aussi horrible que celle qui a eu lieu à la gare de Lyon ?

L’ignominie j’allais dire était à un point tel que l’on a du mal à imaginer la scène, et ce quelle que soit la personne qui l’a subie. Il se trouve, et ce n’est sans doute pas un hasard, que cet homme était noir. Et je pense alors à Malcolm X, ou à un ami à qui un jour aux States on a refusé d’utiliser les toilettes publiques. Oui, Black is beautiful ! Black est l’égal de White, et c’est bien clair. Et cela je pense était déjà acté.

Les commissariats débordent de plaintes, de plaintes écrites, de plaintes gémies, de plaintes tout court.
Les policiers sont en première ligne pour accueillir toute « la misère du monde », pour la canaliser, l’analyser, l’éjecter.
Parmi ces personnes qui travaillent dans la police, parmi ces hommes, ces femmes, pour qui j’ai du respect, certains font malgré eux ce travail qui parfois doit leur donner des sueurs froides, des cauchemars vifs, rétrospectivement. La sécurité de l’emploi actuellement dicte la vie des gens, de certains en tout cas. Je ne pense pas que l’on puisse être acteur d’un tel acte sans en subir ensuite les conséquences psychologiques.

Je ne dédouane pas leur acte en disant cela, je dis juste que si cela peut exister, c’est bien que l’État ne parvient plus du tout à être assez présent pour éviter de telles bavures policières, pour dominer suffisamment la police pour interdire de tels actes ignobles, malsains, inhumains, cruels, en résumé inadmissibles et passibles aussi des plus hautes cours.

Si la police a ces passe-droits pour commettre des actes aussi ignobles, à qui à nouveau profite le crime ?

Et je retrouve notre cause à nous TI. Pour que cette « condition » ignoble de Targeted Individuals puisse exister – téléphones sur écoute, filatures, gang stalking, tortures par armes électromagnétiques, plaintes refusées – à qui profite le crime, car l’État ne peut fermer les yeux sur ce que nous subissons, l’État le sait, on ne peut mettre quelqu’un en esclavage, on ne peut agresser sans que certaines institutions soient au courant.

Qui va dénoncer cet État absent, qui accepte que de telles violences ignobles puissent exister ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s